003: La parade qui ne finit jamais

By

AVERTISSEMENT :  Ce billet est un peu long, nous avions plein de choses à vous raconter, mais on vous promet d’essayer de raccourcir les prochains !! 

 

Malgré que nous ayons pris possession de notre appartement, nous ne pouvions pas encore y habiter car nous n’avions pas nos draps, oreillers, serviettes et autres articles de cuisine nous permettant d’en profiter.  Nous avions donc réservé quelques nuits à l’hôtel, en prévision de cette situation.

À ceux qui pensaient qu’une journée de magasinage intensive à Vilnius aurait été suffisante pour combler l’ensemble des items qui nous manquait… détrompez-vous !  Le magasinage ne faisait que débuter.

Bien que nous sommes revenus de la Lituanie vers 22h30 la veille, nous nous levons assez tôt le dimanche 1er juillet pour aller magasiner nos appareils électroniques et mini-électroménagers.  Nous nous dirigeons en premier vers un magasin d’électronique situé tout près de la gare centrale.  On se rend toutefois vite compte que ce n’est pas ici que nous achèterons nos trucs… les prix sont très chers.

On se rappelle alors que sur le chemin entre l’aéroport et la ville, il y a un autre centre d’achats, beaucoup plus gros celui-là.  Nous commandons notre Taxify (application téléphonique pour commander un taxi en Lettonie, un taxi vraiment pas cher !) et nous sommes en direction.  8 minutes de voiture et on est rendu.

À notre arrivée, nous découvrons qu’il y a une section complète du centre d’achat réservée uniquement aux articles de maison.  Zut flûte… aurait-on pu éviter notre escapade lituanienne de la veille ?

Nous commençons par le Jysk.  Magasin connu (il y en a au Québec).  On trouve peu de choses intéressantes là.  Quelques serviettes, c’est tout.  En face, on voit un magasin du genre « généraliste ».  Après avoir arpenté ses allées, on se rend compte qu’il s’agit du Canadian Tire letton.  Cenu Klub en est le nom.  On trouve pas mal de trucs intéressants.

Puis, on se dirige vers le magasin électronique.  On y trouve une télé en méga rabais, un aspirateur et un grille-pain. Bon… c’est ici que nos difficultés à nous faire comprendre débutent.  Les employés ont tous en haut de 40 ans… donc parlent peu anglais.  C’est ce qu’on a appris avec le temps… si tu vois deux vendeurs / préposés, tu abordes toujours le plus jeune des deux… les chances qu’il parle anglais sont significativement plus élevées.  Héritage du joug soviétique.  Se faire expliquer des modèles d’aspirateur en letton… ou en langage des signes, c’est pas évident.  Mais bon, on a réussi.

Au 2e étage de ce centre d’achats se trouve un méga magasin d’alcool.  Le plus gros qu’on a vu à Riga à date, de loin.  On a l’air de deux kids dans un magasin de bonbons !  On parcourt les allées et on prend des notes.  On y reviendra assurément.

En revenant avec notre Taxify et nos nombreux achats… on se rend compte que notre rue (une rue principale) est fermée.  On ne peut pas accéder avec le taxi à notre appartement.  On nous débarque à 2 coins de rue et on marche avec nos achats.  Après les avoir déposés, on ressort afin de voir ce qui se passe.  Un policier nous explique que c’est la journée de la parade du « Song And Dance Festival ».  En Lettonie c’est « The big thing »!

 

On décide donc d’aller voir la parade.  On se trouve un bon endroit pour la regarder, aux premières loges.  Elle commence finalement avec environ 30 minutes de retard.  On y voit défiler plusieurs groupes pour comprendre, après quelque temps, que chaque ville de chaque région du pays (et de l’étranger) est représentée dans le défilé.  Quelqu’un déambule avec une pancarte identifiant sa ville et derrière, des représentants font une performance lyrique, musicale ou de danse (et parfois, ne font rien).

 

Voir quelques photos

 

On regarde ça pendant environ 1 heure 30 minutes et on commence à se demander quand le tout prendra fin.  On quitte pour aller se promener dans la vieille ville un peu car on ne peut pas traverser le chemin de la parade et… notre hôtel est justement de l’autre côté de celle-ci.

Vers 18h00, la parade fait toujours rage.  Nous nous rendons à un hôtel de la chaîne Radisson Blu (même chaîne que notre hôtel, mais différent établissement) afin de célébrer le « Canada Day » !  Nous avions eu la veille une note à l’effet que tous les hôtels de la chaîne à Riga (4) allaient avoir une thématique canadienne.  Notre hôtel offrait des « items canadiens » au menu déjeuner.  Rien de trop canadien ici :

 

Offre des différents hôtels

Francis portant fièrement son chandail plutôt canadien

Offre « Canadienne » au déjeuner

 

 

Puis, l’hôtel que nous allions visiter offrait des drinks d’inspiration canadienne et offrait gratuitement de la poutine !  À Riga !  OMG !!  On se rend là… c’est vide mort.  Bon, c’est sûr que la moitié du pays participe à la parade du « Song And Dance Festival »… et l’autre moitié la regarde !  Mais bon, nous, on veut boire !  On commande nos drinks au bartender.  Francis prend un drink qui s’appelle le « Raymond Massey ».  Un drink fait de whisky et de mousseux.  Très, très bon. Isa ne se sent pas d’attaque pour le « Moose Milk »… un drink à base de rhum et de lait.  Elle opte pour le classique rhum & Coke.

Notre letton n’étant encore pas très développé… nous nous parlons en français.  Le seul autre client du bar se trouve à nous entendre et nous sort un « vous venez d’où ? » qui nous saisit un p’tit brin !  On apprend finalement que c’est un militaire du Nouveau-Brunswick qui a été déployé ici pour plusieurs mois et qui reste… à l’hôtel !  Pourquoi rester sur la base ou avoir une maison partagée par plusieurs militaires quand chaque militaire peut avoir sa propre chambre dans un hôtel 5 étoiles au centre-ville de Riga, à 150 Euros la nuit.  Quelques minutes plus tard, 3 de ses confrères le rejoignent.  Eh bien… je sais comment est utilisé le budget militaire maintenant.

La poutine arrive enfin.  Bien que le résultat ne soit pas vraiment là, ce n’est pas si pire.  Les patates (pas des frites, mais des morceaux de patate) sont bonnes.  Le fromage n’est évidemment pas un fromage « squick-squick »… mais c’est proche.  Le problème, c’est que la casserole dans laquelle la poutine est servie a été mise au four.  Donc, le fromage est fondu et la sauce est toute séchée.  Si ce n’avait pas été de ce détail (mise au four), on croit que le résultat aurait été pas mal intéressant.

Nous finissons de regarder la Russie voler le match à l’Espagne et nous nous redirigeons vers notre hôtel.  Mais non… car à 20h00… la parade fait toujours rage !

Nous partons donc vers notre appartement pour y commencer un petit ménage.  Vers 22h00, nous décidons de quitter pour l’hôtel… mais la parade a encore lieu, avec un peu moins d’intensité et de spectateurs, toutefois.

Nous sommes « Wild » et nous décidons de franchir le cordon de sécurité et de regagner nos pénates.