012: Êtes-vous allés à la plage ?

By

Ça doit faire trois semaines de canicule à Riga qu’à tous les jours quelqu’un nous pose une question sur une variante de la plage : « Êtes-vous allés : à la plage / vous baigner / nager / à Jurmala ? », alors n’écoutant que notre courage, et les nombreux conseils de nos nouveaux collègues-excités-du-30-degrés, nous sommes FINALEMENT allés à la plage à Jurmala.

Nous avons donc décidé de réserver une chambre dans un hôtel de Jurmala un samedi soir en plein cœur de l’été caniculaire, quelle erreur de débutant ! 😊 Il faut savoir qu’il y a un train qui part du centre de Riga assez régulièrement et qui fait plusieurs arrêts à Jurmala. Ce train est très peu dispendieux et fait le trajet en environ 30 minutes. Il est donc tout à fait possible de faire un aller-retour la même journée.

Nous avons décidé, lors de notre arrivée en ville, de marcher sur la rue piétonne qui s’étend sur plusieurs pâtés de maisons et qui offre de nombreux restaurants, cafés, magasins de souvenirs et autres lieux touristiques du genre. Nous avons trouvé l’endroit un peu calme, mais nous nous sommes dit que nous y reviendrions le soir pour voir si la rue serait plus animée.

Nous nous sommes donc dirigés vers la plage, en se disant qu’on y mangerait un petit quelque chose sur le pouce sur le bord de l’eau, erreur de débutant numéro deux ! 😊 Nous avons compris qu’à Jurmala, la plage, c’est la plage. Il y a bien quelques petites tentes, mais l’offre est surtout liquide et sous forme de crème glacée, pas l’idéal pour diner. Nous avons donc rebroussé chemin, afin de nous sustenter et surtout pour calmer l’humeur massacrante de Francis.  C’est pas mêlant, Isabelle se croyait dans une mauvais pub télé de Snickers !   Le premier restaurant rencontré a fait l’affaire ! J

Une bière et une salade plus tard nous étions de retour sur le chemin de la plage. Nous avons profité d’un petit dépanneur près d’une entrée de la plage pour acheter des crèmes glacées et des bières qu’on pourrait boire sur la plage. Nous avions vu un panneau indiquant qu’il n’était pas possible d’avoir des bouteilles sur la plage, mais comme notre letton est inexistant, on ne savait pas trop si c’était les bouteilles en vitre qui étaient interdites ou les boissons alcoolisées. Au pire, on jouerait la carte du touriste. Erreur de débutant numéro trois !!! J

Une fois bien installés au bord de l’eau, sur nos serviettes grises IKEA, avec notre bronzage d’ours polaires et nos costumes de bain canadiens (ici le speedo et les bikinis triangles-cordes-dans-les-fesses sont plutôt populaires pour tous les genres de silhouettes), nous avons pris la décision d’ouvrir nos canettes de bières. Et presque immédiatement nous avons été repérés ! Pas par la patrouille de la plage mais par les abeilles affamées de Jurmala ! Nous pensons maintenant qu’elles entendent le « psitttt » de l’ouverture des canettes à des kilomètres aux alentours !! J Et comme nous avions renversé un peu de liquide sur le sable et sur nos serviettes et comme nos chandails nous servaient maintenant de boucliers bières/abeilles elles n’ont pas arrêtées de nous tourner autour de l’après-midi. En fait, oui, elles ont finalement arrêtées de nous suivre… quand un orage subit s’est abattu sur nos têtes afin de clore notre après-midi de bonheur à la plage !! J

C’est à cet instant que nous avons pris la sage décision de retourner à l’hôtel en taxi et de profiter de l’air climatisée qui nous avait un peu manqué les dernières semaines. En repartant de l’hôtel pour le souper, nous avons marché vers le restaurant et nous avons pu constater que la population moyenne de Jurmala ne semble pas vivre sur le salaire mensuel moyen de la Lettonie. Plusieurs immenses maisons en bois, sur de grands terrains, entre le moderne et l’antique, possédant de larges terrains.  Les compagnies de clôtures et de systèmes de sécurité doivent être prospères dans cette ville.

Le restaurant nous a un peu réconciliés avec notre journée. Presque directement sur la plage, nous avions une très belle vue sur l’eau et le couché de soleil et la nourriture était excellente. De retour à un mode festif, après quelques verres de vin, nous avons décidé d’aller redécouvrir l’artère commerciale de la ville en soirée. Erreur de débutant numéro quatre ! J Après quelques difficultés à trouver un taxi, nous sommes arrivés là-bas pour se rendre contre que ce n’était pas vraiment plus excitant que dans la journée… Nous avons quand même trouvé une terrasse de type « beer garden » ouverte et Francis est allé à l’intérieur pour acheter des consommations. La commande initiale : bière et verre de vin rouge. La commande finale : bière et cidre. Selon la légende racontée à Isabelle au retour de l’expédition, il semblerait que la bouteille de vin rouge, sortie des profondeurs d’une armoire glauque, ait fait le même son à l’ouverture qu’une canette de bière qui appelle les abeilles sur la plage « psitttt » et que le liquide qui restait au fond n’aurait pas eu le goût des prétentions de l’endos de la bouteille.

Francis qui est fier de raconter qu’il a « sauvé la soif » d’Isabelle

 

Nous étions donc en train de boire tranquillement les trouvailles de Francis lorsque le commerce a fermé ses portes. Il est 23 heures, on ferme ! J Maintenant, on sait pourquoi tout le monde retourne à Riga le soir venu. Nous avions quand même une dernière carte dans notre jeu, le bar de l’hôtel. Nous sommes arrivés pour le « last call » ! J Alors, à moins d’être invité dans un des nombreux mariages qui étaient célébrés ce soir-là à Jurmala, les options de sorties sont quand même limités pour le touriste moyen ! J

Le lendemain, avant de repartir vers Riga, nous sommes allés une dernière fois à la plage. En connaissant maintenant toutes les erreurs de débutant, nous y avons passé un très bel avant-midi à commenter toutes les sortes de maillots, sans rencontrer de Jurma-l’abeille (Francis trouve son jeu de mot très drôle – à vous de juger !J). La plage s’étend quand même sur plusieurs kilomètres et l’eau est peu profonde. Elle est donc assez chaude pour s’y baigner si la couleur un peu brunâtre ne vous rebute pas trop. Le sable est fin et il n’y a que quelques algues. Nous y retournerons surement, mais pour la journée seulement ! J