015: Let’s Go Dinamo !

By

La semaine dernière, l’un des employés de Francis quittait Circle K et, pour célébrer son départ, quoi de mieux qu’une soirée au hockey !  Récit par Francis.

 

C’était ma première expérience de la KHL wouhou !!

Un match pré-saison entre le Lokomotiv de Yaroslav et notre Dinamo de Rīga.

J’ai bien fait de laisser son t-shirt du Lokomotiv à Montréal… encourager l’équipe adverse n’est pas trop bien perçu nulle part.

Pour ceux qui se rappellent, le Lokomotiv est l’équipe de la KHL dont l’avion s’est écrasé en Russie, tuant tous les joueurs et le personnel en 2011. L’équipe comptait d’ailleurs l’un des meilleurs défenseurs que la Lettonie ait connu, Kārlis Skrastiņš

Aujourd’hui, le club vit de nouveau et avait même signé David Desharnais cet été.  Desharnais ne jouait pas, par contre.  Il avait en effet été remercié la veille car son jeu à l’aile était jugé insuffisant.  Le coach avouera le lendemain qu’il ne savait pas que Desharnais était plutôt…. un joueur de centre.  Ah, la KHL.

 

Bon, premièrement, on est loin des 21,273 sièges du Centre Bell.  Arena Rīga en contient un peu moins de la moitié.  Sans y être allé encore, ça doit ressembler à la Place Bell.  L’intérieur est toutefois très spacieux, avec de larges corridors, beaucoup de toilettes et de concessions alimentaires.

 

 

Voulant mieux m’intégrer à la faune partisane, je pars à la recherche d’un chandail de notre nouvelle équipe d’adoption.  Bon… le concept de boutique officielle est à revoir ici… on parle plutôt d’une table pliante officielle !  Comme je ne voulais pas prendre la chance d’acheter un chandail avec le nom et numéro d’un joueur au cas où il se fasse échanger contre trois yaks à un club à l’est de l’Oural…. je demande à la préposée s’ils ont des chandails « vierges ».  Étonnamment, ils ne tiennent pas cet item en stock… car ils ne les vendaient pas, semble-t-il.  Visiblement, ils n’ont jamais été victime d’un achat mal avisé d’un chandail du CH de John Scott ou Marc Denis… joueurs populaires, mais n’ayant joués qu’un seul match avec le CH.

Son boss vient alors me voir et me donne un numéro à contacter par WhatsApp pour commander un chandail vierge… histoire à suivre !

 

Ensuite vint le temps des bières.  Expérience plutôt intéressante avec des 500 ml à 3,50€.  On paie une tournée !!

 

 

Après des hymnes nationaux symphoniques (aucune parole), place au match.  Juste avant la mise au jeu, quelque chose de bizarre est dans ma ligne de mire.  Au banc des joueurs du Lokomotiv, le gardien substitut a un chandail avec le nom du joueur « tapé » par-dessus.  Plutôt cocasse.  Comme si l’équipe était à court de chandails et au lieu de payer 80€ pour un chandail extra, ils se sont dits qu’ils se le « passerait » entre eux.  Ah, la KHL !  C’est Eddie Palchak qui en cracherait sa bière !

 

 

Le rythme de jeu est assez bon.  La superficie de type internationale permet aux joueurs de compenser pour leur relative lenteur d’exécution.  Comme ils disent, la fameuse « fraction de seconde » fait la différence dans la NHL.  Bon, soyons honnête… durant ce match, on parlait plus de la « seconde au complet ».  Voir un gars sur le bord de la bande, près de la pointe, avoir le dos tourné au jeu pendant 2 secondes sans sortir sur une civière… on voit ça à la patinoire de quartier d’Anjou durant une journée glaciale de février… mais pas au niveau organisé.  Ici, on en fait pas trop de cas.

Ce qui frappe, c’est le manque de force et de précision des tirs.  Les joueurs cherchent souvent le jeu parfait au lieu de mitrailler le gardien.  Et lorsqu’ils tirent au but, ce sont des tirs plus ou moins convaincants.  Mettons qu’il ne devrait pas y avoir trop de portes de garages de poquées en Russie !

Le match se déroule rondement et il n’y a pas beaucoup d’arrêts de jeu.  Malgré 7 avantages numériques, le Dinamo ne comptera qu’une seule fois et s’inclinera 2-1 en prolongation.

Fait à noter, notre gardien est Kristers « je-me-suis-fait-un-nom-en-jouant-les-games-de-ma-vie-contre-le-Canada-sur-la-scène-internationale » Gudlevskis.  Bon match de sa part.

Après le match, à peine le temps de faire de la place pour les bières d’après-match, que les agents de sécurité nous regardent en nous sous-entendant qu’ils attendent après nous pour barrer les portes… tout le monde est sorti… et le match vient de se terminer.  Efficacité lettone.

Prochain match… avec Isabelle.  Nous tenterons de partir la rengaine « Let’s go Dinamo »!  Bon, comme y’a trois équipes en KHL qui s’appellent Dinamo (Rīga, Minsk et Moscou), faudra pas se tromper dans notre timing !