022: Safari (6e partie) – Zanzibar et retour

By

Nous sortons de l’aéroport et nous rencontrons notre chauffeur, Omar, qui nous conduira jusqu’à notre hôtel.  Le look est différent, mettons.  Vêtu d’un traditionnel vêtement « one piece » blanc allant jusqu’aux chevilles, conduisant un mini-van assez luxueux et tout blanc… on est loin de nos conditions de safari, un peu plus rustiques, disons-le !

Omar est un petit coquin… il nous parle toujours en anglais et ne laisse pas trop paraître qu’il comprend le français, mais il est rapidement démasqué.  Nous ferons donc attention pour le trajet de 1h30 qui nous mènera à notre hôtel.

Durant ce trajet, nous sommes à même de constater que la vie dans Stone Town, ce n’est pas la joie.  Le trafic y est intense et les gens font un peu n’importe quoi car il n’y a pas vraiment de signalisation.  La ville nous apparaît sale, également.  Plus nous quittons la ville et croisons des installations sur le bord de la route ou traversons de petits villages, et plus notre impression s’accentue.  C’est dommage car, autant sur le continent, Baruti nous démontrait une fierté de garder son pays sécuritaire, propre et beau pour les visiteurs… autant à Zanzibar, on a l’impression que les gens s’en foutent un peu.

Durant le trajet, Omar et Francis échangent sur l’histoire du pays et sur ses origines.  Isabelle, Marc-André et Martine semblent autant s’y intéresser que si nous parlions du système reproducteur des seiches, ces mollusques qui se camouflent.  Mais bon, c’était tout de même intéressant !

À l’approche du resort, nous nous demandons à quoi il pourra bien ressembler… car disons que les alentours sont peu attrayants.  Nous avions bien vus des photos sur Internet, mais un récent changement de propriétaires (l’hôtel fait maintenant partie de la chaîne « Riu ») pourrait indiquer une baisse dans le niveau de service.  Nous approchons de la clôture protégeant l’entrée et une fois y ayant pénétré… nous sommes rassurés.  Le site est magnifique !

Notre véhicule s’arrête devant le lobby et nous y sommes accueillis par nos amis Steven et Linda qui y sont depuis quelques heures déjà, après avoir passé les derniers jours au Kenya dans leur propre safari.  Accolades, courte discussion et puis… Champagne !!!  Après tout, on est ici pour célébrer les 40 ans de Martine !!  Linda et Steven partent donc le bal avec une première bouteille.

Nous nous faisons expliquer le site par un préposé à l’accueil.  Nos assignations de chambre sont différentes… alors nous proposons à Martine de choisir laquelle des deux chambres (la nôtre ou la leur) elle préfère.  Comme c’est pour son anniversaire, nous nous disons que c’est la moindre des choses.  Martine choisit celle au 2e étage donnant une belle vue sur la mer et le coucher de soleil.  La nôtre est tout de même pas si mal, donnant sur un arbre et une allée en pierres.  Hahaha… mais la vue du coucher de soleil est néanmoins très belle de notre chambre aussi.

Les chambres sont vraiment très belles. Spacieuses, luxueuses et ayant un balcon donnant sur la mer.  Rien à redire à ce niveau.

Après avoir pris possession de nos chambres, nous nous rejoignons au bar de la piscine pour les drinks pré-souper et un « catch-up » de nos safaris respectifs.  Les expériences ont été assez différentes, mais tous les six avons appréciés ce que nous avons vécus.

Puis, direction le souper !  Il y a un buffet et deux restaurants à la carte.  Nous pouvons réserver à ceux-ci autant de fois que nous le voulons, tant que nous réservons d’avance.  L’un d’eux est à thématique asiatique alors que l’autre est à thématique viande.  Pour ce soir, ça sera le buffet.  Beaucoup de variété et de très bons plats.  Durant la semaine, nous avons eu des pâtes fraîchement faites, de la pieuvre grillée, des soupes vraiment très bonnes et tout plein d’autres choses !

La soirée se poursuit au bar… mais sans Francis qui est déjà un peu affecté par la chaleur et l’humidité de l’île… facteurs que nous n’avions pas sur le continent.  Il part donc se reposer à la chambre.  Il faut dire aussi que la nuit dernière, il a été malade, ayant eu de la difficulté à digérer quelque chose.  Isabelle et les comparses fêtent en grande par contre.  On nous avait avisé que les bars fermaient à minuit (0h00)… et ils ont « fermé » la place, en dérangeant un peu un jeu questionnaire sur les classiques de la musique. Mais bon…

Le lendemain matin, Francis est en pleine forme… ce qui n’est visiblement pas le cas des autres !  Au buffet, il repère le sceau avec les bouteilles de mousseux, duquel il se sert allègrement.  Étonnamment, les autres se gardent une petite gêne ce matin.  Haha…

Après le déjeuner, direction la plage.  Bon, le resort n’est pas au niveau de la plage et il faut descendre l’un des deux (2) escaliers pour s’y rendre.  Le premier que nous voyons est encore submergé en partie par la marée… alors nous nous rabattons sur le second, un peu plus loin et un peu plus reculé de la mer.  Il n’y a pas une grande quantité de chaises sur la plage, mais suffisamment pour nous accommoder.  Le sable est très fin et très blanc. C’est superbe.  La mer est assez turquoise et transparente.  Selon le mouvement des marées, il y a parfois quelques algues qui nous atteignent… mais cela sera plutôt rare durant notre séjour.

C’est le début du bal de la crème solaire et des coups de chaleur.  Ouff… Francis ne l’aura pas facile.  Au fil des jours, il finira même par attraper un coup de soleil sous ses vêtements !  Il faut le faire !!

Seuls défauts que nous trouvons à la plage, c’est qu’il manque un peu de chaises et qu’il n’y a pas de bar facilement accessible, ni de serveurs qui viennent nous y voir.  Donc, à chaque fois, nous devons remonter les marches pour aller au bar de la piscine.  C’est un léger inconvénient… mais à six (6) personnes, ça en prend deux pour ramener les consommations.  Heureusement, Martine et Linda ont mis leur expérience d’ex-serveuses à profit !

Après le diner, nous nous dirigeons vers la piscine.  Les chaises s’y font plus rares… et inexistantes à l’ombre.  Mais bon, on laisse nos trucs sur des chaises ensoleillées et on s’en va dans la piscine sans fin (infinite pool).  Il n’y a qu’un mini-espace d’ombre… et Francis se le fait généreusement offrir.  Le homard ressort déjà en lui… après seulement quelques heures.

Nous essayons de réserver pour un souper à la carte ce soir, sans chance… toutes les places sont prises.  Demain mardi, les restaurants sont fermés en raison du « buffet africain » servi sur la plage.  Mercredi alors, lors de la dernière soirée pour nous tous ?  Oui, ça fonctionne au restaurant de viande. Woohoo !!  Nous aurons eu la chance d’essayer seulement un des deux restaurants à la carte.  Mais avec la qualité du buffet que nous avons, nous ne nous en formalisons pas trop, disons.

Le buffet africain était d’ailleurs spectaculaire.  Non seulement le « setup » des tables dans le sable était vraiment très beau… mais les aliments nous étant servis étaient encore supérieurs à ce que nous nous voyons offrir tous les jours.  Filet mignon et homard/langouste… c’est vraiment divin !!  Nous nous régalons.  Le service est toutefois assez déficient durant ce repas.  Le vin ne coule pas très fort, disons.  Mais après quelques discussions avec les serveurs, ça repart !

À un moment donné, Francis prend un peu de temps à revenir à la table et nous pensons qu’il a été confondu pour un homard à cause de son teint dû au soleil.  Eh non… il n’a finalement pas été mis à bouillir !

Une tradition qui a commencé à notre première journée – la commande d’une bouteille de champagne – s’est poursuivie tous les jours.  Ainsi, chacun se relayait pour en commander une, avec six (6) verres, à sa chambre afin que nous nous réunissions pour observer le coucher de soleil.  Lors de la 4e journée, nous avons choisis de la boire au bar.  Nous avons en fait même eu droit à une 2e bouteille lors de cette dernière soirée… puisque Martine a vendu son condo au cours de la soirée.  Champagne !!

Le reste du séjour se déroule sans problème, si ce n’est que le niveau de service a diminué un peu au cours de notre séjour, en raison de « big boss » de la chaîne « Riu » qui sont arrivés.  Ils n’étaient en eux-mêmes pas très stressants… mais ça paraissait que le staff était sur les nerfs, voulant sans doute bien paraitre devant eux.  Ils ont changé un peu d’attitude envers les clients, devenant même assez désagréables parfois.  Heureusement, les serveurs et préposés plus « low level », ceux avec qui nous interagissons de façon routinière, n’avaient pas été affectés par ce désir de se conformer « à la lettre » aux exigences du groupe et continuaient d’offrir une expérience agréable.

 

————-

 

Jeudi 20 septembre fût notre dernière journée sur le resort.  Chaque couple avait des heures de départ différentes.  Linda et Steven partaient tôt en matinée… Martine et Marc-André vers 11h30 alors que nous partions de l’hôtel à 16h30.  Dans notre cas, Isabelle s’était arrangée avec l’hôtel pour prolonger nos privilèges de la chambre (jusqu’à 14h00).

La route vers l’aéroport s’est faite encore avec Omar… qui était beaucoup moins jasant qu’à notre arrivée.  Peut-être était-il encore déçu / fâché que nous ayons finalement décidé de ne pas « booker » d’excursions avec lui.  Mais bon, ses propositions ne valaient pas grand-chose… alors on préférait demeurer sur le « resort ».

Arrivée dans les temps à l’aéroport.  Nous nous dirigeons vers l’entrée et dans le stationnement.  Premier contrôle de sécurité.  Intéressant.  On entre dans le building et on passe le 2e contrôle de sécurité, pour les bagages.  On apporte ensuite nos bagages au comptoir d’enregistrement.  Le préposé au comptoir est très gentil. Son collègue qui prend nos bagages nous fait comprendre que nous devons lui donner un pourboire pour qu’il manipule les bagages. En bons Canadiens, nous lui faisons poliment remarquer les pancartes omniprésentes dans l’aéroport qui indiquent qu’il est interdit de donner du pourboire.  Le gars nous fait alors subtilement sentir que si nous voulons que nos bagages ne soient pas mis dans le conteneur à déchets au lieu du conteneur allant être apporté à l’appareil… nous devrions lui donner de l’argent.  Bon, on se dit que 2 $ US ce n’est pas trop cher payé pour revoir notre valise, finalement !

Nos avions trois (3) vols pour le retour, soit Zanzibar – Nairobi ; Nairobi – Paris et Paris – Riga.  Nous quittions Zanzibar à 19h00 le jeudi pour arriver à 14h00 à Riga le lendemain.   Tous les vols se sont bien passés.

À notre arrivée à Riga par contre, nous nous sommes aperçus que l’un de nos bagages était manquant.  Bon… finalement, on aurait peut-être dû laisser 5 $ US au préposé à Zanzibar ?

Nous remplissons un formulaire de perte de bagages, en anglais, heureusement. Finalement, deux jours après, notre bagage nous est livré à notre appartement.  Plus de peur que de mal !

 

C’est ce qui conclut le récit de notre périple en Afrique !

En espérant que vous ayez aimé suivre notre aventure.

 

——————

 

En raison des 4,600 photos prises entre nous quatre durant le voyage, les galeries de photo du safari seront publiées un peu plus tard, une fois le tri ayant été fait.  Merci de votre patience.