025: Un Noël letton

By

Les Lettons apprécient beaucoup Noël.  Ici, c’est une fête à la fois religieuse, mais aussi très païenne qui célèbre en fait le solstice d’hiver.

Un peu comme c’est le cas pour le lieu de création de la poutine (Victoriaville ou Drummondville ?), les historiens ne s’entendent pas pour déterminer le lieu où le premier arbre de Noël décoré fût érigé.  Toutefois, Rīga est parmi les 3 endroits universellement reconnus comme l’un des lieux pouvant revendiquer ce fait (Tallin, en Estonie et Bremen, en Allemagne étant les deux autres).

Vous trouverez d’ailleurs à la fin de ce texte, la « légende du premier arbre de Noël ».  Le texte est en anglais, mais Google translate pourra faire le travail pour les non-bilingues !

 

Voici quelques éléments sur Noël que nous voulons partager avec vous.

 

Bougeoir

Les Lettons achètent des décorations (quoiqu’en version beaucoup moins intense qu’un consommateur Nord-Américain), mais ils sont surtout attachés au bougeoir à sept branches.  Personnellement, nous ne connaissions pas cette tradition des Fêtes.  Est-ce quelque chose qui était populaire à l’époque chez nous ?

 

 

Lorsque nous nous promenons sur la rue, nous le remarquons dans presque tous les appartements, puisqu’ils sont posés sur le rebord des fenêtres.  Bien qu’ils fussent porteurs de vraies bougies jadis, ils sont plutôt électriques aujourd’hui.  À ceux qui se le demandent… nous n’avons pas acheté de bougeoir.

Leur origine est nébuleuse, mais c’est quelque chose qui viendrait de la Suède.

 

Marché de Noël

Pour ceux qui sont abonnés sur le fil Facebook de Francis, vous avez pu voir son commentaire sur ce qu’il pense des marchés de Noël.  Sinon, voir le lien ici :

https://www.facebook.com/francis.durette.3/posts/10155869253251892

 

C’est vrai que la plupart des marchés de Noël que nous connaissons en Amérique sont l’occasion d’acheter des « cossins » faits maison et de boire du vin chaud pas bon.

Eh bien, ce weekend nous nous sommes promenés dans la vieille ville de Rīga et nous avons passé un certain temps au marché de Noël de la ville.  Il y a toujours le vin chaud pas bon, certes… mais il y avait aussi de la bouffe cuite sur place, dans des marmites, dans un poêle à bois, sur de la braise… là tu parles !  Il y avait aussi un comptoir « Bailey’s ».  Bon… c’est sûr que le fait que nous étions les hôtes d’un party à notre appartement jusqu’à 4h30 du matin la veille (ou plutôt, rendu à cette heure-là, le matin même) a fait en sorte que le Bailey’s semblait moins attrayant, un peu.  Il y avait toutefois du Black Balsam chaud, ce qui aidait à dissimuler le goût du vin chaud avec lequel il était mélangé !  Miam Miam !!

Des musiciens jouaient et chantaient des chansons traditionnelles et les quidams dansaient les danses, toutes aussi traditionnelles.  Mis à part la langue qui est totalement différente, on remarquait les nombreuses similitudes entre notre culture et la leur.  Il y avait beaucoup d’airs de « swing la bacaisse » dans leurs performances.

 

Vous trouverez ici quelques photos du marché de Noël de Rīga

 

 

Poèmes

Une autre tradition lettonne est que, pour que les enfants puissent recevoir un cadeau, ils doivent réciter un poème.  Voulant s’intégrer le plus possible, Francis s’est fait prendre au jeu et s’est fait mettre au défi de réciter un poème… en letton, évidemment.

Heureusement, celui qu’on lui a demandé ne faisait que huit vers.

Il a relevé le défi, non sans de nombreuses erreurs de prononciation et surtout, d’intonations.

 

Pour les curieux, voici ledit poème :

Zaķēns mežā ezi sauc:

– Kur gan palicis mans draugs?

Sniegi snieg un puteņo!

Kā lai tagad atrod to? –

 

Vāverīte kokā smej:

– Velti draugu meklēt ej.

Kamēr sals un kamēr sniegs,

Ezim mežā ziemas miegs.

 

En gros, c’est l’histoire d’un lièvre qui demande à son ami écureuil où est passé l’ours ?  Mais puisque c’est l’hiver, l’ours hiberne et c’est pour ça qu’il ne le voit pas.

 

 

Sapins… naturels

Ici, les gens se procurent presque tous des sapins naturels.  Un peu comme au Québec, à l’approche des Fêtes, il y a des « pop up shops » qui s’installent et vendent des sapins naturels.

En Lettonie par contre, il est possible d’aller couper soi-même son sapin… gratuitement.  Sur des terres désignées par le gouvernement, les gens peuvent aller s’auto-servir du sapin.  Why not ?!

Une autre tradition que les lettons ont est d’allumer leur sapin naturel, le jour de Noël, avec des bougies… toutes aussi naturelles !  Eh oui, vous avez bien lu.  Ils mettent des bougies en cire, avec une vraie flamme, dans les branches de leur sapin naturel.  Disons que le danger, ils ne connaissent pas ça, les Lettons !

 

 

Sapins… nouveau genre

Dans le cadre des célébrations des Fêtes, la ville de Rīga est l’hôte depuis 8 ans maintenant d’un festival commémorant les arbres de Noël, intitulé « Ziemassvētku egļu ceļš »… qui se traduirait librement par « Au-delà de l’arbre de Noël ».

Il s’agit en fait de réinventer à quoi pourrait ressembler un arbre de Noël.  Bien que des sculptures / représentations soient plutôt éclectiques, certaines sont assurément intéressantes.  Celles-ci sont réparties un peu partout dans la ville, principalement dans et autour de la vieille ville.

 

Vous trouverez ici quelques photos de l’exposition sur les arbres de Noël

 

Joyeux Noël !!

 

————–

THE LEGEND OF THE FIRST CHRISTMAS TREE

The people of Rīga can be proud that the tradition of decorating Christmas trees began right here in Rīga, Latvia.  Here’s the story:

It all began in 1510.  The widely-known Rīga Brotherhood of Blackheads, a congregation of young tradesmen and ship captains, loved a social lifestyle and lots of partying.  As the Winter Solstice approached, the men decided to go into the forest and find the biggest fir-tree that they could find.  They planned to offer a greeting to the people of Rīga, at Christmas, by burning the tree on the banks of the Daugava River, thus supplementing the important Winter Solstice tradition of burning a log.

The brethren hired forester found an enormous tree.  Once delivered to Rīga, it seemed so huge that the blackheads decided not to burn it so that the surrounding buildings and people would not be threatened.  What to do with the huge tree?  A dispute began and continued well into the evening.

Meanwhile, local children found the tree and wondered how it got there.  They were so excited that they began to decorate the branches of the tree with anything that they could find; nuts, apples, anything that could be hung from the branches with thread from unraveled woolen mittens.  There were also chains and wreaths of dried flowers and berries.  When darkness fell, the children said goodbye to the tree and ran home to tell their relatives about the miracle.

The brethren finished their meeting without any sensible decision.  After the tiresome debate, one of the tradesmen walked down to the banks of the Daugava and found the miraculous transformation of the tree; the children’s decorations were covered with frost, and the tree sparkled under the moonlight.  He had an idea and, once again, brought together his brethren. As they all admired the beautiful scene, the tradesman exclaimed: “Let’s raise it up,” the tradesman cried out.  “Let’s decorate it for Christmas and put it in the very center of the city to delight one and all!”

People helped carry the tree to the central market square (today known as Rātslaukums).  It was set up, and the brethren enhanced the children’s decorations with colorful ribbons, toys and ornaments.  The tree became truly dazzling.  People came from their homes and gaped at the lovely tree.  The story of the miraculous transformation spread very quickly throughout the city.  “This Christmas tree is a present to delight each other every Christmas,” a representative of the Brotherhood of Blackheads explained.

That’s the story about decorating Christmas trees, a tradition that has spread all around the globe.  The story continues in every house and family where Christmas is celebrated, and a Christmas tree is decorated.  And of course, the tradition continues in Rīga; where, next to the Brotherhood of Blackheads a plaque has been placed denoting the location of the first ever Christmas tree from more than 500 years ago.