027: Rīga Winter Street Food Festival

By

Avant la période des fêtes, nous avions encerclé une date sur notre calendrier, soit le samedi 12 janvier 2019.  Comme il n’y a pas tellement d’évènements à Rīga – encore moins durant l’hiver – nous voulions être certains de ne pas manquer le « Rīga (Winter) Street Food Festival ».

Cette année marque la 3e édition du festival.  En 2018, le festival a même été reconnu lors d’un gala international couronnant les meilleurs évènements publics tenus durant la dernière année.

Nous avions vu la version estivale de ce festival en juillet, juste à notre arrivée.  Dans l’un des parcs juste à côté de notre appartement, une foire alimentaire avait été installée avec plusieurs kiosques représentant les meilleurs restaurants de Rīga.  Le tout durait trois jours, coïncidant avec la fin du « Song and Dance Festival ».

Pour l’édition hivernale, ce festival se tient plutôt lors d’une seule journée et sur une période de 8 heures seulement, soit de 12h00 à 20h00.  La tendance est qu’à chaque année, le festival débute une heure plus tôt donc, qui sait, peut-être se tiendra-t-il sur deux jours l’an prochain.

Nous sommes arrivés vers 12h30, afin d’éviter la foule.  Bonne décision.  À cette heure-là, le site est encore pas mal clairsemé, ce qui nous permet de bien apprécier les plats mis en démonstration par les restaurateurs, de même que leur « setup ».  La soupière sur le feu ardent et la cuisson sur grill extérieur / braise semblent être les tendances de cette édition, car presque tous les exposants ont un tel arrangement.

Le site est petit.  Il n’y a que quatorze exposants et ils sont disposés en trois différentes sections.  Heureusement, le site a prévu beaucoup d’endroits sur lesquels nous pouvons mettre notre nourriture et manger, soit des barils de type « essence » mis debout et bien apprêtés.

Le site compte aussi pas mal de « pit à feu » contenant des bûches et permettant de se réchauffer un peu et de donner une ambiance encore plus « boisée ».  Seul problème avec ça, c’est que la fumée s’en dégageant reste imprégnée dans nos vêtements.  Nos manteaux d’hiver sentiront le feu de foyer pendant plusieurs semaines, on pense.

Nous débutons avec une soupe à la viande de gibier.  Elle est très bonne et surtout le meilleur rapport qualité-prix possible, à seulement 3,50 Euro pour un bol assez généreux.

Ensuite, Francis voit un kiosque représentant une brasserie bien connue ici (Valmiermuiža) et qui offre non pas du vin chaud, mais de la bière chaude.  Ça sent bon et il se laisse tenter.  Il aime bien et en reprendra même un 2e verre plus tard.  De son côté, Isabelle découvre le kiosque de cidres, installé juste en face.  Elle n’est pas difficile à convaincre pour en prendre un.  Ils offrent du cidre froid ou chaud, elle prend le froid.  Elle aussi, s’en reprendra un 2e verre.

Comme il n’y a encore pas trop de gens, nous décidons ensuite, verres à la main, d’aller faire le tour des kiosques afin de voir leurs propositions culinaires.  Nous remarquons que le burger est à l’honneur car plusieurs vendeurs en offrent… certains plus gros que les autres.  Mais bon, nous ne sommes pas ici pour manger un burger, surtout que le festival se tient juste devant le McDonald’s !!

Toutefois, nous remarquons que beaucoup de gens en prennent.  Première « erreur de rookie » car après ces mastodontes, ces gens n’auront plus faim pour essayer autre chose.  Nous remarquons aussi que les gens font souvent une deuxième « erreur de rookie » en commandant la même chose entre eux, au lieu de commander des plats différents afin d’en essayer un plus grand éventail.

Pour notre deuxième plat, nous choisissons des dumplings au cerf.  Nous nous attendions à un plat avec des dumplings frits… mais il s’agit plutôt d’une soupe avec un bouillon ressemblant à celui d’une won-ton, dans lequel des petits raviolis remplis de cerf ont été mis.  Côté texture, les raviolis s’apparentent, eux aussi, plus à des won-tons qu’à de la pâte traditionnelle.  C’est différent de nos attentes, mais tout de même très bon et somme toute généreux en nombre de dumplings.

Nous optons ensuite pour des crevettes cuites sur le feu d’un baril.  Elles sont très bonnes et un peu épicées, certes… mais pour 3 Euros, ne recevoir que quatre petites crevettes nous déçoit un peu.

Nous prenons alors une petite pause pour siroter notre 2e verre et observer l’affluence augmenter.  L’amateur de soupe qu’est Francis avait déjà « spotté » la soupe à l’esturgeon et Isabelle est d’accord pour l’essayer.  Achat effectué juste à temps… car quelques instants après son retour, la file pour ce kiosque est rendue très longue !

La soupe est franchement excellente.  Très généreuse en morceaux d’esturgeon et le bouillon est simplement divin.  Le secret doit sans doute être dans le fait que la carcasse du poisson est immergée dans le bouillon tout au long de la cuisson.  Délicieux !

Puis, nous décidons d’y aller avec le plat « tape à l’œil » du jour, soit le ragoût de chevreuil cuit dans sa canne dans un feu de baril.  Pas de doute, ce kiosque-là s’est retrouvé mentionné souvent sur Instragram lors de cette journée.  La présentation est originale et le goût est également très présent.  Les cubes de viande sont gros et généreux.  Très bon plat.

Nous terminons notre expérience avec un petit délice sucré.  Bien que presque tous les kiosques offrent une variation d’une banane frite ou flambée, nous avons opté pour le cornet de beignets à l’orange.  Quatre petits beignets, mais c’était bien.

C’est à ce moment que la foule était plus dense soit vers 14h00-14h15.  Le site était plein, les tables pas mal occupées et les files d’attente assez longues.  Les gens mangeaient même ce qu’ils venaient de commander lorsqu’ils attendaient en file pour le prochain kiosque.  Ce n’est pas super agréable ainsi… car tu ne peux pas trop apprécier ce que tu manges.  Certains kiosques semblaient commencer à manquer de nourriture aussi, écrivant des choses sur leur tableau à l’ardoise ou vidant le chaudron de soupe dans la marmite pour remplir cette dernière.  Y a-t-il un autre chaudron ?  Qui sait !

Définitivement une belle journée gastronomique, qui n’a pas coûtée très chère… les plats les plus chers étant à 5 Euro, ce qui est vraiment raisonnable.  La température était parfaite, oscillant entre -1 et 1 degré.

Nos coups de cœur vont assurément à la soupe d’esturgeon et à la canne de ragoût de chevreuil.

Nous avons déjà hâte à l’édition 2020 !!  Et nous nous demandons si Montréal pourrait être l’hôte d’un tel évènement en hiver.  Certes, les températures y sont pas mal plus froides… mais en tant que nation nordique, ne devrions-nous pas assumer ce fait et voir le froid comme une opportunité « cool » de faire des choses dehors… comme leitmotiv pour sortir dehors l’hiver.  Un peu à la « IglooFest ».

 

Photos de l’évènement disponibles ici.