031: Croatie – Zadar, J’adore !

By

Arrivés à Zadar, nous conduisons un peu dans la ville afin de rejoindre l’appartement que nous avons loué, situé tout juste à l’extérieur de la vieille ville.  En chemin, nous laissons savoir à notre hôte que nous arrivons et que nous y serons dans environ 10 minutes.  Bon, ça, c’était sans compter le fait que nous n’arrivons pas vraiment à trouver la place en question.  Voyez-vous, le GPS de la voiture nous donne un endroit, mais ce n’est en fait pas la bonne adresse.  Nous l’avions entrée au départ de Plivitce pour avoir une idée du lieu… le GPS de la voiture ne reconnaissant pas la « vraie » adresse.  Nous passons donc du GPS du cellulaire qui lui, est plus à jour.  Il nous la trouve, mais ce n’est pas clair… nous devons conduire dans un zig-zag de stationnements de blocs à condo.  Mais bon, nous finissons par trouver.

Alors que nous stationnons la voiture dans le seul espace encore disponible, notre hôte arrive pour nous accueillir.  Sympathique, il nous conduit jusqu’à l’unité située au 3e étage de l’immeuble, qui est dépourvu d’ascenseur.  Bon, on se fera du fun à monter et descendre les bagages… pour une seule nuit.  Nous faisons le tour de l’appartement avec lui et, échaudé de notre hébergement de Zagreb la veille, nous portons un peu plus attention aux différents trucs pendant qu’il est encore avec nous. Mais rien à signaler, tout a l’air très bien.

Francis reste au condo pour relaxer quelques minutes et observer le coucher de soleil à partir du balcon de l’appartement pendant que les filles et Marc-André en profitent par aller faire une mini-épicerie.

 

Beau coucher de soleil vu de l’appartement

 

À peine revenus, nous quittons l’appartement pour traverser le pont piétonnier nous menant directement à la vieille ville de Zadar.  La ville ne semble pas trop occupée en ce dimanche soir, aux premiers abords.  Nous marchons un peu et aimons beaucoup ce que nous voyons à date.  C’est joli, petit et ancien.

Puis, nous décidons de marcher dans la même direction que les locaux et nous arrivons à une place où le marché de Noël bat son plein.  C’est très festif.  Encore une fois, il y a des kiosques tout aux alentours de l’endroit.  Ceux-ci servent encore le traditionnel vin chaud, de la bière, des cocktails et des hot-dogs.  Bon, c’est festif, mais c’est pas ici qu’on prendrait un repas, mettons.

Nous explorons le site qui est vraiment très beau, juste à côté d’une tour médiévale.  Au-dessus du site, des filets avec des lumières bleues sont installés, ce qui illumine bien l’endroit.  Au fond, dans une espèce de caveau, une crèche y a été installée.  Au-dessus dudit caveau, une section décorée qui est en fait un club VIP en fin de soirée.  Nous allons le visiter, le club n’ayant pas encore débuté son volet « VIP ».  Très bel endroit, surplombant même le site du marché de Noël « pour les pauvres » !

Nous prenons un verre avant de quitter pour explorer un peu plus la ville.  La préposée au kiosque où nous nous sommes approvisionnés nous indique que l’attraction de Zadar est l’orgue marin.  Il s’agit en fait d’un orgue  sous-marin qui est mu par le mouvement des vagues.  Nous sommes sceptiques mais nous disons que comme TripAdvisor ne nous donne pas vraiment d’autres suggestions et que tous les sites intérieurs seront fermés de toute façon à cette heure un dimanche soir avant Noël, on ne perd rien d’aller voir.

En direction, nous explorons un peu la vieille ville.  De très belles rues étroites et pas vraiment occupées.  Nous croisons le restaurant où nous avons réservé notre souper dans 2 heures.  Ça a l’air très appétissant.  Tout nous tente sur le menu.  Ok, nous concluons que nous avons faim… mais nous ne voulons pas trop manger non plus pour ne pas « scrapper » notre souper à venir.  C’est alors que le destin nous envoie un signe.  Nous voyons des jeunes passer à côté de nous avec des pointes de pizza qui sentent le ciel.  En tournant le prochain coin de rue, nous ne voyons pas un mais bien deux restaurants vendant des pizzas à la pointe… situés l’un au côté de l’autre.

Marc-André se porte volontaire pour aller tester la pizza et en ressort avec une pointe qui, dans la plupart des restaurants, serait vendue pour le prix d’une pizza complète.  Le tout pour environ 1,50 Euros.  Nous partageons donc la « pointe » à nous quatre.  Hmmm… c’est sans doute la meilleure pizza à la pointe que nous avons tous mangé.  Madonna n’est tellement pas dans la course ici !

 

On se rejoint au resto de pizza ? Lequel ?

 

Nos ventres ayant été (partiellement) rassasiés, nous continuons notre marche et décidons alors d’emprunter le bord de l’eau.  Très beau bord de l’eau, avec une petite brume qui rend le tout un peu plus côtier.  Nous remarquons alors les palmiers.  Pour une raison qui nous est inconnue, nous sommes tous surpris de voir des palmiers en Croatie.  C’est sûr que le climat est plus clément, mais pour nous, les palmiers demeurent associés aux températures plus tropicales.  L’hiver en Croatie, ce n’est pas si chaud que ça.

 

Beau Dommage le chantait si bien: t’as mis de la brume dans mes lunettes !

 

Après une quinzaine de minutes de marche, nous commençons à entendre des sons un peu mélodieux au loin.  Non, vraiment… c’est l’orgue marin ?  Eh oui, plus on s’y approche et plus on en distingue le son.  C’est vraiment spécial.  Comme il fait noir par contre, nous ne voyons pas très bien le site.

Allez lire son fonctionnement ici

 

L’orgue marin de Zadar

 

Nous restons sur place quelques minutes avant de repartir et d’entrer dans la vieille ville plus rapidement, nous permettant de voir d’autres sections de la ville.

Il nous reste environ 1 heure 15 avant le souper et nous croisons une terrasse qui a l’air assez attirante.  Le restaurant-bar qui s’y rattache (La Bodega) l’est encore plus du fait qu’au-dessus du bar, des pièces de jambon fumé et de prosciutto sont suspendues du plafond.  Nous y entrons pour ne faire qu’un pas et en ressortir immédiatement.  Ce que nous n’avions pas encore expérimenté en Croatie nous a frappé de plein fouet et de plein nez :  en Croatie, sauf indication contraire de la part de l’établissement concerné, il est encore permis de fumer à l’intérieur des restaurants et des bars.  L’odeur de fumée était tellement intense que l’on croit que c’est le boucher du coin qui paye le restaurant pour que ce dernier suspende des pièces de jambon afin qu’elles fument dans le restaurant plutôt que dans un fumoir, pensant que ça sera plus rapide.

Nous optons donc pour la terrasse… fumeuse aussi, mais au moins, c’est à l’extérieur.  Bouteille de vin croate commandée et nous filons le bonheur.  C’est d’ailleurs quelque chose qui nous surprend beaucoup, la qualité du vin croate.  Nous ne les connaissons pas vraiment car la SAQ ne tient qu’un seul titre, mais ils sont honnêtement très bons.  Et, au crédit des établissements croates, ces derniers tiennent beaucoup de vins croates sur leurs cartes.  C’est une très bonne initiative afin d’encourager les produits locaux.  Message à vous, restaurateurs québécois / canadiens.

Direction restaurant (4 Kantuna) où nous commandons beaucoup trop de nourriture finalement.  Nous nous étions fait dire avant de quitter Riga que la Croatie était réputée pour ses truffes, qu’ils mettent généreusement partout.  À ce restaurant, presque tout est aux truffes.  Il était donc difficile de se limiter.

Après le souper, on retourne au marché de Noël pour quelques rondes de drinks et, afin de s’imprégner de l’esprit des Fêtes, avant le retour à l’appartement pour la nuit.

Au levé, déjeuner à l’appartement qui cette fois, est très bien garni en termes d’accessoires et d’équipement.  Seul problème, le réservoir d’eau chaude pour la douche n’était pas mis au maximum.  Donc, après le passage des filles aux douches, qui se sont toutes les deux lavé les cheveux en plus, il ne restait plus d’eau chaude pour les gars.  Nous « crinquons » l’eau chaude et nous prenons des douches rapides et plutôt tièdes après.

Comme la route pour Split n’est qu’environ d’une durée de 2 heures, nous avons la possibilité de retourner en ville pour visiter la vieille ville de Zadar avant de quitter.  Nous nous y rendons et voyons une autre perspective. Non seulement est-elle plus déserte ce matin qu’elle ne l’était hier, mais nous pouvons mieux apprécier les lieux et leurs architecture.  Notamment l’orgue marin et son voisin, « la salutation au soleil » qui est toutefois hors d’usage et dont le fonctionnement nous est encore inconnu.

Sur le retour vers l’appartement, nous sommes tous d’accord pour dire que Zadar aura été une belle découverte.  Chaleureuse, festive et jolie.  En marchant, nous remarquons que nous sommes les seuls se dirigeant vers l’extérieur de la vieille ville, un flot important et continu de gens marchent à contre-courant de nous.  Nous nous renseignerons plus tard et lirons qu’il y avait un concert à compter de 10h30 dans la vieille ville pour les célébrations de Noël, jumelé à la parade du Père Noël.  Mais nous n’aurions pas pu y assister, nous devons faire notre épicerie à Split en début d’après-midi en prévision de Noël et du fait qu’à compter de ce soir, tout sera fermé pour les deux prochains jours.

Avant de quitter la vieille ville, nous apercevons ledit Père Noël arriver.  Non pas à bord de son traineau, mais bien au volant d’une rutilante Harley-Davidson.  Eh bien, c’est un Père Noël cool à Zadar !!

 

Père Noël en Harley !!

 

Une fois arrivé à l’appartement, c’est la descente de tous nos bagages et nos achats.  Le Tetris de la valise est cette fois encore plus difficile, ayant plus de stock.  Mais bon, on se dit que même si nous avons du stock jusqu’aux genoux, ce n’est pas si mal, nous n’en n’avons que pour deux heures de route vers Split.

Split pas Split, on y va !