042: Espagne – El Escorial + Valle de los Caídos

By

Journée de double visite aujourd’hui.  Nous partons très tôt de l’appartement pour nous rendre à la gare Chamartin (c’est bien celle-là, cette fois) afin de prendre un bus pour le village de San Lorenzo de El Escorial.  Qu’est-ce qu’il y a là-bas dites-vous ?  Un palais, El Escorial.

Ensuite, notre but est de se rendre à un monument perché dans les montagnes de la région, où se trouve, entre autre, la sépulture du général Franco.  L’information disponible pour s’y rendre est toutefois un peu contradictoire sur Internet, alors nous verrons bien si nous y parviendrons !

Le tout commence par l’attente du bus de 8h35 en direction du village de San Lorenzo.  Nous arrivons à l’avance à la gare, car les instructions sur Internet ne sont pas claires à savoir où prendre le bus.  Mais bon, nous trouvons plutôt facilement et nous comprenons que nous pouvons payer notre ticket à bord du bus, donc on attend 25 minutes.  L’embarquement se passe bien et on part !

Environ 50 minutes plus tard, nous arrivons.  À la gare de bus, nous tâchons tout de suite de nous renseigner sur les options pour nous rendre au 2e site que nous voulons visiter après.  Une feuille de papier dans la fenêtre indique qu’il y a un bus qui part d’ici tous les jours pour s’y rendre, à 15h30, et qu’il nous y ramène à 17h00.  Ça concorde avec certaines informations prises sur Internet.  Pour s’en assurer, nous demandons à une préposée et elle nous confirme que c’est le cas, mais elle ne peut nous confirmer le numéro de l’autobus. Bon, c’est suffisamment convainquant pour nous rassurer sur la faisabilité de la chose.

Nous quittons donc la gare de bus pour nous diriger vers le palais.  À peine 15 minutes de marche et nous arrivons devant ce mastodonte.  Bon, c’est sûr que la rue est proche du palais, ce qui le rend plus gros… mais même une fois rendus dans une section de cour avant plus large, le palais demeure imposant.

 

El Escorial – vue aérienne

 

Nous sommes environ 15 minutes d’avance avant l’ouverture, alors nous nous promenons un peu sur la place entourant celui-ci.  À l’ouverture, nous sommes parmi les premiers et « battons » les tours guidés qui ne sont pas encore arrivés… amateurs !

Audioguide au cou, nous entamons le circuit.  Premier problème, nous n’avons pas le droit de prendre des photos à l’intérieur.  C’est quelque chose de plutôt commun en Espagne, nous avons remarqué.  C’est assez frustrant en fait car, un des avantages d’entrer parmi les premiers dans un tel endroit, est le privilège de pouvoir avoir les pièces à nous seuls et de pouvoir prendre de jolis clichés.  #rememberVersailles !

Deuxième problème, non seulement l’ordre de la visite à suivre n’est pas très clairement indiqué, le 3e arrêt (Église) est temporairement inaccessible en raison d’un service.  Bon.

Nous poursuivons la visite dans un ordre qui nous semble adéquat.  Nous passons de superbes pièces, notamment la bibliothèque, mais que nous ne pouvons prendre en photo, la surveillance y étant assez serrée d’ailleurs.

 

Vue de la bibliothèque

 

Avant de quitter, retour à l’entrée pour la visite de l’Église. Une merveille que nous ne pouvons malheureusement voir que partiellement, n’étant autorisés qu’à se tenir sur le côté et ne pouvant nous promener à l’intérieur.  Dommage, car elle est très belle.

Nous nous dirigeons ensuite vers l’arrière-palais pour visiter les jardins.  Bon, ce ne sont pas des jardins de fleurs proprement dit, mais plutôt des jardins de haies.  Pas super impressionnants, on doit l’admettre.

Heure du lunch et qui dit restaurant proche de la plus grosse attraction de l’endroit dit… rapport qualité / prix déséquilibré.  En bons touristes, nous regardons les critiques TripAdvisor avant de faire notre choix et nous y allons pour celui qui, sur papier, semble le moins pire.  La bouffe s’avère toutefois ordinaire et le service encore pire… surtout qu’après notre arrivée, la terrasse s’est fait « envahir » par plusieurs personnes et le personnel était alors nettement en infériorité numérique.

Direction station de bus pour tenter de faire notre deuxième arrêt de la journée, la Valle de los Caídos ou, en anglais, Valley of the Fallen.   Ce lieu est en fait un mausolée pour l’ensemble des combattants morts durant la guerre civile espagnole.  L’ironie de la chose, c’est que Franco lui-même y trouve son dernier repos, contre son gré, d’ailleurs.

À 15h30, le bus espéré est bel et bien au rendez-vous et, en compagnie d’une dizaine d’autres touristes, nous nous dirigeons vers le site en question.  Nous descendons du bus pour payer les droits d’accès au site et nous repartons sur un chemin qui, à première vue, nous amènera nulle part sauf dans au fin fond des bois.  Après 10 minutes de route, nous descendons et arrivons devant une croix gigantesque perchée au sommet d’un pic rocailleux.  Ok, on est ailleurs ici.

 

Valle de los Caídos – vue aérienne

 

Nous faisons le tour de la structure imposante pour se retrouver devant un monument grandiose en béton construit à même la montagne.  Quelques photos et nous entrons dans la montagne.  Encore une fois, interdiction de prendre des photos.  Ça devient vraiment lassant là !!

On a triché un peu ici par contre, car il y avait peu de surveillance.  #rebelsagainstFranco

L’endroit est assez spectaculaire.  Un immense tunnel taillé à même la montagne.  Très sombre, mais très riche et très spacieux.  Au bout, un autel et au sol, une plaque au nom de Franco.  Étonnamment sobre pour un dictateur, quoique le monument l’entourant n’a rien de sobre, lui.

 

El Valle de los Caídos

 

Nous ressortons et décidons de faire le tour de la montagne pour voir l’autre côté de la croix car celle-ci  est présentement à contre-jour de notre perspective.  Une marche de 15 minutes en ascension, mais qui vaut somme toute la peine.  Beaux clichés de ce côté.  Nous redescendons ensuite pour pouvoir reprendre le bus et ne pas rester coincé sur le site.

Ce qui est aussi étonnant de ce site, c’est que nous l’avons à nous seul.  Les statistiques indiquent qu’il est l’un des sites les plus visités en Espagne… mais au moment de notre visite, nous étions 15 personnes maximum sur le site.  Tant mieux pour nous, car l’absence d’affluence n’a fait qu’accentuer le sentiment de démesure du site.

Retour par le bus à la gare de San Lorenzo et nous prenons un autre bus pour le retour à Madrid.